Résumé

Précédé de Métro de Nadine Gomez (17 min.)
En posant un regard renouvelé sur les espaces qui le constituent et sur la vie qui l’habite, MÉTRO observe les gestes, la mécanique et les dessous de ce réseau souterrain monumental qui tisse la ville et l’irrigue au quotidien.

Claude n'est pas mort
Un artiste de la rue, un cow-boy urbain. Un homme meurtri, un beau poqué, mais un survivant. À grands coups de pinceau, d’humour et d’amitiés il redonne vie aux vitrines de Montréal, enjolive le cœur des commerçants et l’âme des passants. Peintre-affichiste (un métier en voie de disparition) Claude Dolbec a choisi de vivre en marge pour mieux retrouver ses frères humains et le sens du beau. Une histoire d’amour inspirante, une histoire de résilience hors normes.

Critique de Amélie Gaudreau - Le Devoir

« Claude, c’est le plus grand lettreur de Montréal. » On a le goût d’être d’accord avec cette déclaration de Linda, la narratrice par défaut de ce très beau portrait de l’artiste qui calligraphie bien des vitrines commerciales le long du boulevard Saint-Laurent, le très discret Claude Dolbec.

Le réalisateur Bruno Boulianne, qui a su faire parler des hommes qui préfèrent souvent se taire dans Des hommes de passage (tourné à la prison de Bordeaux) et Le chant de la brousse (des débroussailleurs d’origine africaine dans le nord du Québec), réussit encore ici, sans forcer la note. Dans Claude n’est pas mort, il parvient à révéler, du moins en partie, le quotidien et les tourments de Dolbec, un homme « magané » par son art, en voie de disparition, mais surtout par la vie, qui n’a pas toujours été tendre avec lui.

Entre deux « jobs » de lettrage pour des commerçants, des amis ou des connaissances de longue date, cet homme aux pinceaux magiques ose aborder la disparition violente de sa grande fille de 18 ans il y a une quinzaine d’années, retrouvée sans vie sur le bord de la voie ferrée… On comprend qu’il ne s’en est jamais complètement remis. Les paroles éclairantes de Linda, ex-amoureuse de l’artiste, qui semble renouer avec plaisir avec lui dans le cadre du tournage de ce documentaire, permettent de remplir les trous de l’histoire, de comprendre un peu mieux ce personnage énigmatique et surtout d’attirer notre attention sur ces oeuvres, parfois éphémères. La prochaine fois que vous remonterez la Main à pied, vous ne verrez plus les vitrines qui portent sa griffe de la même façon.

Gratuit pour les enfants de 12 ans et moins

Année : 2018
Genre : Documentaire
Pays : Québec
Langue : Français
Durée : 45 minutes
Réalisation : Bruno Bouliane

Tarif

Entre
6.00 $
et
7.00$

*Les tarifs peuvent comprendre ou non les taxes.. Certaines conditions peuvent s'appliquer. Sujet à changements sans préavis.

Cinéma Paralœil

274 rue Michaud
Rimouski (Québec) G5L 2A6

418 725-0211
info@paraloeil.com

Site Web de l'organisme

Cinéma Paralœil

Cinéma Paralœil
48.4421599, -68.5296783

Suggérer un événement

Afficher un événement sur Quoivivrerimouski.com, c’est rapide et gratuit! Un délai de 5 jours ouvrables peut être nécessaire avant la mise en ligne de votre événement.

Soumettre un événement

Restaurants et hébergement

Vous recherchez de l'information sur les restaurants, l'hébergement ou tout autre renseignement touristique à Rimouski ? Visitez le site Web de Tourisme Rimouski.

Tourisme Rimouski

Ville de Rimouski

Pour toute information sur la ville de Rimouski, veuillez consulter le site Web suivant :

Ville de Rimouski